La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
02 97 25 63 73
logo Biocoop
Biocoop Callune Pontivy
Biocoop Callune Loudéac
Biocoop Callune Baud

Journée mondiale de l'eau : écoutez notre podcast Plus bio la vie

Journée mondiale de l'eau : écoutez notre podcast Plus bio la vie

Le 18/03/2024

L’eau est une ressource essentielle et précieuse, nulle surprise. On entend depuis toujours qu’il faut fermer les robinets en se brossant les dents, écourter nos douches, éviter les bains… Mais mesurons-nous vraiment l’état de nos ressources hydriques ?
Dans cet épisode du podcast Plus Bio La Vie, Nora Bouazzouni reçoit l’hydrologue Charlène Descollonges et Ronan Lafrogne, directeur qualité et RSE chez Biocoop, pour apporter quelques éléments de réponse.

L’eau est une ressource essentielle et précieuse, nulle surprise. On entend depuis toujours qu’il faut fermer les robinets en se brossant les dents, écourter nos douches, éviter les bains… Mais mesurons-nous vraiment l’état de nos ressources hydriques ? 

Dans cet épisode du podcast Plus Bio La Vie, Nora Bouazzouni reçoit l’hydrologue Charlène Descollonges et Ronan Lafrogne, directeur qualité et RSE chez Biocoop, pour apporter quelques éléments de réponse.

Aujourd’hui, l’équilibre de nos ressources en eau est menacé par tout un tas de conséquences climatiques d’une part, liées au réchauffement de la planète, mais aussi humaines : La déforestation, l’urbanisation, les utilisations de pesticides ou encore la monoculture sont autant de phénomènes qui impactent directement et durablement la qualité hydrique des sols, et donc, nos ressources en eau. En Chine par exemple, les sols sont trop souvent saturés de polluants de synthèse en raison de l’agriculture conventionnelle et intensive. 

De plus, les nombreux épisodes de sécheresse et d’inondations ces dernières années ont renforcé l’état de l’alerte sur les ressources en eau. Ces extrêmes vont s’accentuer dans les prochaines années. Si en France métropolitaine, le simple fait de tourner notre robinet pour avoir de l’eau potable nous semble absolument anodin, ce n’est plus le cas à Mayotte et dans d’autres régions du monde. 

Durant cet échange, Charlène Descollonges et Ronan Lafrogne apportent leur vision, constats et solutions à ce qui est déjà une crise de l’eau.

Dans cet épisode, les notions d’eau verte, eau bleue et eau grise jalonnent le parcours. En voici les définitions : 


L’eau verte est l’eau évapo-transpirée par les végétaux. C’est une eau infiltrée dans les sols et reprise par la végétation. Deux tiers des précipitations continentales proviennent de cette eau verte, alors, sans les arbres, pas de pluie. En ce qui concerne l’eau bleue, il s’agit de l’eau visible, qui transite dans les lacs, rivières, etc. et qui part dans l’atmosphère par les micro-gouttes de pluie, se concentre dans les cours d’eau avant de rejoindre les nappes phréatiques puis l’océan. Pour finir, nous parlons d’eau grise pour désigner l’empreinte domestique sur l’eau. Elle n’existe pas à l’état naturel, mais désigne les activités humaines qui émettent des polluants dans l’environnement qui se diluent dans l’eau. Ces trois couleurs permettent de comprendre un peu mieux les différents cycles hydriques.

Retour